Month: juillet 2014

Bulletin municipal de La Sône Juillet 2014

UNE ASSOCIATION INDISPENSABLE POUR VOUS HABITANTS DE LA SÔNE

La mise en place d’une association (La Sône Environnement Santé) fait suite à de nombreuses nuisances générées par l’activité des stations d’enrobage à chaud installées sur le site des carrières.

Fumées, odeurs tenaces de fioul et de goudron, poussières, bruits… sont le quotidien des habitants.

Devant l’immobilisme des pouvoirs publics (préfecture, DREAL…) qui n’ont pas assuré leurs obligations de contrôles réguliers des rejets, nous nous devons d’agir.

Cette inertie est particulièrement flagrante sur l’historique de la plus ancienne centrale d’enrobé qui a fonctionné pendant 40 ans sans contrôle, démantelée en décembre 2013 sans permis préalable de démolition et sans que les règles de dépollution du site n’aient été respectées !!!

Cet attentisme remarquable s’est poursuivi en 2011 sur la centrale actuellement en activité, -   absence de demande et de permis d’exploitation. -   absence d’enquête publique préalable à l’installation, -   absence d’étude d’impact sur l’environnement, -   absence de conclusion du CODERST (Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques), -  absence d’arrêté préfectoral.

Notre association « SES » sera également attentive à toutes les pollutions liées aux activités des carrières qui pourraient nuire à la qualité de l’eau consommée par les habitants.

Suite à une réunion publique, où avaient été invités tous les Sônois le 17 avril 2014, il a été procédé à la création de l’association, à l’élection des membres du Conseil d’Administration comprenant 17 personnes puis ensuite, à l’élection du Bureau.

Il se compose de 5 membres : -   Président : Jacques GRANGER -   Vice Président : Max MOSNAT -   Secrétaire : Bertrand MESNIL -   Secrétaire-adjoint : Jean-Noël ROYANNEZ -   Trésorière : Jocelyne MOSNAT

de gch à droite  M. Mosnat, J.Granger, Mdme Mosnat, M. B.Mesnil, J-N Royannez

de gch à droite M. Mosnat, J.Granger, Mdme Mosnat, M. B.Mesnil, J-N Royannez

Pour toute information ou pour faire partie de notre association, contacter un des membres du Bureau.

Notre adresse blog : http://sone-environnement-sante.fr

Une initiative encourageante

De nombreux habitants de La Sône et des environs ont répondu présents à ce premier rassemblement organisé par S.E.S. ( La Sône – environnement – santé ). Cette participation est la démonstration d’une prise de conscience collective face aux problèmes des rejets des centrales d’enrobés et aux conséquences que ces rejets peuvent avoir sur la santé et l’ environnement.

P1040644

      Lors de son intervention, le Président Jacques Granger a souligné que l’amélioration de la qualité de l’air était un enjeu sanitaire prioritaire au gouvernement et que, pour lutter contre la pollution atmosphérique, des plans de protection de l’atmosphère avaient été mis en place par la préfecture dans les zones les plus sensibles à la pollution par les particules fines.

P1040643

 

Après de telles déclarations des pouvoirs publics, comment est-il possible qu’on autorise l’exploitation d’une centrale d’enrobés à chaud, I.C.P.E. soumise à autorisation, sans que la procédure habituelle d’installation ait été respectée (absence de permis de construire, d’enquête publique, d’étude sanitaire, d’étude d’impact sur l’environnement…) et ce, au détriment de la santé des riverains.

 

Dans un rapport de septembre 2013, l’A.N.S.E.S. ( agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail ) précise : « Les fumées de bitume renferment 10 000 substances environ et les effets de ces cocktails, encore mal connus, ne sont pas négligeables sur la santé.

Fumées nocives ...2

Le Président a également rappelé qu’il a fallu attendre que les riverains se mobilisent et fassentpression sur la D.R.E.A.L .pour qu’un inspecteur se déplace enfin sur le terrain. Celui-ci a immédiatement constaté la vétusté de l’arrêté préfectoral ( 17-07-1975) autorisant le fonctionnement de l’une des centrales .

Ensuite, au regard des dernières mesures de rejets des cheminées des deux centrales d’enrobés fournies par l’exploitant,l’inspecteur a aussitôt constaté l’insuffisance de la vitesse d’éjection des fumées sur la centrale la plus ancienne, écart entraînant un dépassement important sur le rejet des poussières.

Avec les hautes pressions (anticyclone= pas de vent, pas de mouvement) les fumées retombent au sol => concentration et pollution maxi pour les riverains et l'environnement.

Avec les hautes pressions (anticyclone= pas de vent, pas de mouvement) les fumées retombent au sol => concentration et pollution maxi pour les riverains et l’environnement.

Quand le directeur de la Routière Chambard affirme dans un article de journal : «  Sur cette affaire-là, pour être plus clean que nous, ça va être compliqué ! » et que le directeur de la D.R.E.A.L. affirme dans le même article : « Les nuisances sont bien moindres qu’avant le remplacement de l’ancienne centrale » ( Dauphiné Libéré du samedi 21 juin 2014), cela démontre de leur part une légèreté certaine sur l’application des textes en vigueur et un total mépris pour les populations environnantes.

                                                                                                    Pendant combien de temps les habitants de La Sône, de Chatte, St Hilaire du Rosier, St Just de Claix et de St Romans qui vivent à moins de deux kilomètres des cheminées de ces centrale d’enrobés ont-ils respiré ces rejets anormaux constatés par l’inspecteur de la D.R.E.A.L. ? Quel impact ces rejets ont-ils eu ou vont-ils avoir sur leur santé et leur environnement sachant que certaines pathologies peuvent se déclarer plusieurs années après ?

Le Président a aussi souligné la nécessité d’entreprendre rapidement une étude épidémiologique sérieuse, seule capable de mesurer l’impact réel sur la santé des populations exposées aux fumées des centrales d’enrobés.

Pour clore ce rassemblement, les participants ont été inviter à se réunir au dessus du site de la centrale pour illustrer un des nombreux slogans :« Notre avenir est-il de vivre masqué ? »

P1040652

Cette première mobilisation ayant été très suivie, nous envisageons d’autres actions sous différentes formes à la rentrée. Votre soutien nous est indispensable. Dans un article à paraître, l’association S.E.S. réagira et apportera des réponses précises aux propos tenus dans l’article de presse du samedi 21 juin

.DSC_0157